Actualité

Portrait #14-1

Rémi CHAYRIGUES, administrateur UNICOR et éleveurs de vaches Brunes au GAEC CHAYRIGUES à LESCURE-LAPANOUSE (12)

Bonjour Rémi, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour. Je suis Rémi CHAYRIGUES, associé au sein du GAEC Chayriguès et administrateur UNICOR. J’ai obtenu un Brevet de Technicien Agricole puis un BTS ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l’Entreprise Agricole). Ensuite, j’ai suivi une spécialisation en Machinisme.
Je ne me sentais pas encore prêt à travailler dans une exploitation agricole, donc je suis parti travailler 6 mois à Montpellier. Après ça, j’ai fait l’armée et je suis revenu m’installer au GAEC en 2000.

Pouvez-vous nous parler de votre exploitation ?

C’est une exploitation familiale depuis 3 générations. Nous élevons historiquement des vaches brunes ainsi que des ovins viande depuis l’installation de ma mère en 1989.

Mes parents ont fait en sorte que leurs 3 fils puissent s’installer au sein de l’exploitation. En 2000, je suis rentré dans le GAEC entre mes parents et mon frère aîné. Aujourd’hui, le GAEC est composé de 3 frères.
Nous élevons 220 ovins viande pour lesquels UNICOR nous achète les agneaux en label « Agneaux fermiers du Pays d’Oc » via l’Organisation de Producteurs. Concernant les vaches, nous en avons 80 pour une production de lait d’environ 600 000 litres par an. Notre lait a le label « AOC bleu des causses ».

Nous sommes plutôt performants dans notre système actuel et nous souhaitons continuer à optimiser notre exploitation : en génétique, en système de production, en moyenne économique…
Nous n’avons pas d’employés mais nous faisons partie d’une CUMA et nous adhérons à un groupement d’employeurs.

A l’avenir, nous souhaitons préparer l’installation de la nouvelle génération au sein du GAEC.

 

Pourquoi être devenu agriculteur ?

Je peux dire que j’ai ça dans le sang ! J’ai grandi dans cet environnement pour lequel j’ai développé une passion. Je ne peux pas affirmer que je serais devenu agriculteur si mes parents ne l’avaient pas été. Je pense que lorsqu’on naît dans une ferme, la fibre agricole est davantage présente. Une de mes filles a été mordue par ce secteur et envisage à moyen terme de s’installer avec nous au sein du GAEC. L’agriculture est un domaine passionnant qui touche le vivant et la nature.

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires pour être agriculteur ?

 Je pense qu’un agriculteur doit être avant tout polyvalent. Il doit être humble, mais l’humilité s’apprend rapidement au contact des animaux et de la nature. Et la passion est très importante pour perdurer dans ce travail. Etre agriculteur, ce n’est pas qu’un métier, c’est un mode de vie.

Pourquoi être devenu administrateur à UNICOR et quel est votre rôle ?

Je suis rentré au conseil d’administration en 2006 avec les JA. Ensuite je suis devenu censeur puis administrateur depuis 2018.
Au fond de moi, je veux m’impliquer dans le monde coopératif et jouer un rôle dans le monde agricole. J’ai réellement cette envie de participer et de m’engager dans différentes associations, par exemple dans les APE des écoles de mes filles. Un jour, je me suis posé la question : si je n’étais pas agriculteur ni administrateur UNICOR, est-ce que je donnerai de mon temps ? La réponse est oui. Dans une association sportive, comité des fêtes… sans hésiter.

Quel est votre rôle en tant qu’administrateur ?

Etre administrateur, c’est être le représentant et le porte-parole des agriculteurs présents sur le territoire.
Je suis responsable de la commission “Approvisionnements des exploitations” depuis 3 ans. Je participe aux réunions spécifiques concernant ce domaine d’activité stratégique. 
En tant qu’administrateurs, nous prenons des décisions qui sont importantes pour la coopérative. Nous orientons stratégiquement la trajectoire de la coopérative et nous remplissons le rôle d’un conseil d’administration.

Qu’appréciez-vous chez UNICOR ?

J’apprécie les libres discussions entre administrateurs. Avec UNICOR, nous avons le moyen de peser sur des marchés et la dimension accompagnement des exploitations est très importante. Il est important que la sphère de l’approvisionnement et de la collecte ne soit pas gérée uniquement par des entreprises privées. J’apprécie aussi les visites fréquentes et programmées de David MALAVIOLE, mon technico-commercial.

La loi EGALIM du 30 octobre 2018 impose le choix entre vente et conseil de produits phytosanitaires, quel est votre rôle dans cette prise de décision et en quoi cette loi va impacter les agriculteurs ?

C’est le conseil d’administration qui a pris cette décision, et elle résulte d’une orientation stratégique de la coopérative. Elle a été mûrement réfléchie.

Pour les agriculteurs, cette loi implique aux agriculteurs de faire appel à des conseillers extérieurs et donc à des nouveaux intervenants. Ils seront impactés sur le conseil stratégique, obligatoire 2 fois tous les 5 ans. Cette décision demandera aux agriculteurs plus de rigueur concernant la traçabilité.

Nous remercions chaleureusement Rémi pour son accueil, sa disponibilité, le temps accordé et nous lui souhaitons une bonne continuation !

En photo : Rémi CHAYRIGUES et Tristan VIALA, technico-commercial et expert agronome UNICOR

Suivez-nous